Faire les châteaux de la Loire à vélo

Premiers concernés par la vélo-route qui se déroule sous leurs créneaux et tourelles, les châteaux de la Loire ont bien compris le parti qu’ils pourraient tirer aujourd’hui et demain du nouveau principe de ce cheminement « bis ». Ils n’ont pas tardé, en tout cas, à imaginer une démarche et des équipements leur permettant de séduire au passage une bonne partie des nouveaux touristes à vélo traditionnels ou à vélo électrique.

Sous l’égide de la ville de Blois, les 31 communes du « Pays des Châteaux » ont ainsi inauguré l’été 2003 un premier ensemble de pistes cyclables (25 km en site propre)… Et de chemins ruraux balisés (35 km) reliant les châteaux de Chambord, Cheverny et Blois. L’objectif recherché est de profiter de la dynamique vélo pour mettre le visiteur dans une autre disposition d’esprit que celle de l’automobiliste accédant au site avec la simple idée du « il faut avoir vu Chambord ». Lui Offrir, à l’inverse, une tout autre approche du site en lui faisant traverser au préalable la forêt, le parc, le milieu ambiant… Sans lesquels on ne saurait appréhender correctement l’élément patrimonial concerné. Évidemment raccordé au futur cheminement de « La Loire à vélo », le nouveau réseau de pistes et de vélo-routes ne constitue qu’un début. II ne devrait pas tarder à susciter d’autres initiatives sur l’ensemble du Val de Loire !

Ce que l’on peut voir à vélo électrique sur cette voie cyclable

Un grand moment parmi d’autres, pour le « descendeur » de Loire… Le passage du pont-canal de Briare, désormais classé au Patrimoine mondial de l’Unesco. Autre joyau ligérien, plus en aval, le château de Sully-sur-Loire. Et la scenic-route » ne fait que commencer…

Gien et son vieux pont de Pierre. L’une des nombreuses et valorisantes icônes dont l’itinéraire de la Loire à Vélo va pouvoir se prévaloir.

Dès la partie haute de la Loire « cyclable », dès le Cher, la Nièvre et le Loiret, le fleuve abonde de points d’intérêt, de tours et de détours incontournables. Nevers, Briare et Gien pour leurs sites, leurs faïences et leurs émaux… Pouilly et Sancerre pour leurs nectars, La Charité-sur-Loire, étape ligérienne du chemin de Saint-Jacques, pour son rayonnement… Cosne, pour son passé de port batelier… Avec, au bout du halage du canal latéral à la Loire, l’époustouflant pont-canal de Briare, désormais classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

Mieux qu’un fleuve, la Loire est une rivière de diamants !

On ajoutera, bien sûr, Sully-sur-Loire et son château joyau, le charme discret de Saint-Benoît et de Châteauneuf-sur-Loire. Au-delà d’Orléans, le chapelet des châteaux et des sites, religieux ou royaux, ne connaîtra plus de fin… Beaugency, Chambord, Blois, Chaumont, Amboise, Villandry, Langeais, Azay-le-Rideau, Ussé, Fontevraud, Saumur… impossible de les citer ou de les qualifier tous, tant la densité de ces patrimoines atteint des sommets uniques au monde ! À partir d’Angers et de la confluence avec la Maine, c’est le monde batelier qui l’emporte, de Chalonnes à Montjean, d’Ingrandes à Saint-Florent-le-Vieil, d’Ancenis à Champtoceaux, puis à Nantes.